Similitudes

Pourquoi moi? Pourquoi toi? Pourquoi eux?

30 janvier 2008

Bonheur artificiel

Dix milligrammes chaque matin. Direct dans le neurone. Bisounours powaaa, et c'est parti pour une nouvelle journée de bonheur artificiel. Le moral est HS, tu le sens tout au fond de toi, cette pierre lourde qui te tire vers le fond, mais t'as tes dix milligrammes d'enthousiasme chimique qui te maintiennent la tête hors de l'eau. Un milligramme pour partir au boulot, un autre pour dire bonjour avec le sourire, encore un pour rester aimable avec les vieilles connes en phase de ménopause. Allez, mettons deux, parce qu'elles le valent bien. Trois milligrammes pour tenir la journée sans se rouler par terre en se vidant de sa flotte par les yeux. Deux pour ramper de nouveau jusqu'à chez soi.
Et enfin, en espérant que le dernier ne se soit pas perdu dans les vapeurs de la somnolence, le garder pour l'étoile qui, malgré tout, veille. Des fois ça marche pas, et ton dernier milligramme s'est effectivement fait la malle tu sais pas où, alors ça te rend conne et ça te contracte la cervelle, et ça te fait mal et il faut que tu fasse mal, alors tu fais mal à la seule personne qui n'essaie pas de t'appuyer sur la tête pour te noyer un peu plus, et tu te déteste encore plus parce que t'es vraiment trop conne, et amuse-toi après ça pour te sortir de ce putain de merdier...
Alors tu sais quoi tes histoires de carence en sérotonine elles me font bien marrer mais en attendant c'est plutôt de quelques bonnes tartes bien placées dans ta gueule que t'aurais besoin. Suffit de trouver le bon angle.

Posté par Similitude à 22:05 - Réalité - Permalien [#]